Maria Tembe/Lovatiana Rakotobe: Affinity

ANNULE: En raison des restrictions d’entrée, les interprètes de la pièce «Affinity» ne peuvent pas entrer en Suisse. 

26.5. Lugano, ORME Festival  
28.5. Genf, Out of the Box – Biennale des Arts inclusifs  
1.6. Basel, Wildwuchs Festival  
3.6. Bern, BewegGrund.DasFestival  

Venues respectivement de Madagascar et du Mozambique, les danseuses Lovatiana Rakotobe et Maria Tembe se sont rencontrées en 2017 au festival Wildwuchs, à Bâle, dans le cadre du projet de résidence «watch&talk» proposé par le Pour-cent culturel Migros. La première improvisation qui en a résulté fut une rencontre d’une rare intensité qui marqua le début d’un récit commun au-delà du langage. Les résidences qui ont suivi au Unmute Dance Festival, au Cap, au Kinani Festival, à Maputo (Mozambique) et finalement à Bâle ont permis au duo binational de développer un travail qui s’inscrit dans la continuité. Faisant abstraction de leurs différentes langues maternelles, les deux artistes ont mis en relation leurs origines et leurs souvenirs dans Affinity, créant un tableau fragile qui gagne sans cesse en densité. Sur la scène épurée, les tensions et l’harmonie qui rythment leur relation sont interprétées de façon évocatrice et avec virtuosité à l’aide d’une étoffe. À travers leur langage corporel spécifique, elles découvrent des points communs et créent, avec une urgence impressionnante, un mode de narration à nul autre pareil. La première de cette coproduction avec IntegrART sera présentée en 2021 dans le cadre des festivals partenaires.

Durée: 30 minutes

Lovatiana Rakotobe se consacre à la danse contemporaine depuis 1994, année où elle a intégré la compagnie Rary, dirigée par Ariry Andriamoratsiresy. Elle y a suivi une formation de danseuse et de chorégraphe. En 2002, elle fonde sa propre compagnie tout en se consacrant à divers projets et initiatives touchant à la danse et à l’inclusion: elle développe en 2008 la technique Teboka-Lasitra qui lui permet d’élaborer des chorégraphies pour personnes malvoyantes. Elle lance par ailleurs la plateforme artistique Kilokolo qui s’adresse aux enfants et personnes en situation de handicap (2009) et fonde l’Atelier de transmission pédagogique et d’échange artistique (ATPEA) en 2011. Ce dernier encourage la rencontre entre danseur·euse·s professionnels traditionnels et leurs collègues en situation de handicap.

Maria Tembe est née à Maputo (Mozambique), où elle a suivi une formation en danse contemporaine dans le cadre du projet (In)Dependence de CulturArte, une initiative en faveur du développement des arts scéniques contemporains à Maputo. Dans le cadre de cette formation, elle a travaillé avec des chorégraphes tels que Panaibra Gabriel Canda, Martial Chazalon, Martin Champaut, Boyzie Cekwana et Carlos Pez. En tant que danseuse, elle a ensuite participé à diverses productions. Avec (in)dependence (2007) et Borderlines (2010) de Panaibra Gabriel Canda ainsi qu’avec Inkomati (des)accord (2009) de Panaibra Gabriel Canda et Boyzie Cekwana, elle a fait partie de tournées qui l’ont menée à Maputo, à La Réunion, au théâtre HAU à Berlin ainsi qu’au Global Dance Fest, au Nouveau-Mexique. En Suisse, elle a figuré à l’affiche d’IntegrART en 2015 avec Borderlines, puis en 2019 avec Solo für Maria.

Credits
Chorégraphie/Performance: Lova Rakotobe/Maria Tembe

 

Lova Rakotobe, links im Bild stehend. Rechts im Bild Maria Tembe, stehend. Ein weisses Tuch, zu einer Kordel zusammengerollt, zwischen den beiden